Représailles

Florian Eglin

Une route corse la nuit, non loin du désert des Agriates. Telle une bête en maraude, un SUV prend en chasse une famille suisse. Leurs deux petites filles endormies à l’arrière, Tom et Adèle hésitent : continuer cette course-poursuite insensée, au risque de finir dans le décor, ou s’arrêter et faire face à ceux qui les traquent ? Cette décision marquera le point de départ d’une inexorable descente aux enfers au cours de laquelle il faudra affronter bien des monstres. Ou les apprivoiser... 

Le Mauvais génie (une Vie de Matti Nykänen)

Alain Freudiger

Portrait littéraire de la chute d'une icône trash, héros du saut à skis finlandais qui passa des podiums à la prison, du statut de mascotte à celui d'idiot national.

– Faut que tu arrêtes tout ça. 
– Oui bien sûr... évidemment. Pas besoin que tu me le dises. Toi t’as une vie facile, pour toi c’est facile. Moi ma vie tu sais pas ce que c’est, tu crois que tu sais, même moi je crois que je sais, et en fait c’est autre chose.

À paraître

Le 19 juin:

La lune
bouge 
lentement
mais elle
traverse
la ville
 
de Corinne Desarzens.

Les myrtilles du Moléson

Giovanni Orelli

 Traduit de l'italien (Suisse) par Renato Weber.

Le Moléson est dans le titre d’une de mes nouvelles, une espèce de souvenir. C’est une montagne du canton de Fribourg. Mes parents avaient décidé que je n’aurais pas à être paysan, qu’il fallait que je continue à étudier et que j’apprenne un peu de français. Pour cette raison, ils m’ont envoyé dans un collège de prêtres au pied du Moléson.

 

 

Ourod. Autopsie culturelle des monstres en Russie

Annick Morard

Première étude d'envergure sur les monstres et le monstrueux en Russie, cet essai en dévoile les sources historiques, culturelles et littéraires. On y découvre tour à tour les termes qui disent les monstres en russe – ourod en est un – les mythes et légendes qui en content les aventures, l'imaginaire qui en dessine les contours visuels, les événements qui jalonnent leur parcours.

Cahier de 48 images en couleur. 

 

Bela Lugosi. Biographie d'une métamorphose

Edgardo Franzosini

 Traduit de l'Italien par Thierry Gillybœuf.

Bela Lugosi s’éteignit le 16 juin 1956 en prononçant cette phrase: "Je suis le comte Dracula, je suis le roi des vampires, je suis immortel". Et cette transformation en vampire est désormais un fait établi que peu de gens se sentent de contredire. J’ai écrit ces pages dans le but – dont j’espère qu’il n’est pas totalement superflu – de chercher à comprendre les causes et d’élucider les circonstances dans lesquelles l’effroyable métamorphose de Lugosi s’est produite.