Volodia

André Ourednik

Nourri de récits médiévaux obscènes, de l’anticipation brutale de Vladimir Sorokine et de l’ostalgie caustique d’Antoine Volodine, ce roman rappelle que la mise à mort est un des contes possibles face à la réalité.

CHF 14.50 / € 12

Ajouter au panier

Qui n’a jamais souhaité malheur à un individu détestable? Les candidats à nos fantasmes ne manquent certes pas, mais il en est un qui est tout désigné: un dictateur paranoïaque imbu de lui-même qui envahit le pays voisin au nom d’une obscure idée de grandeur géohistorique. Pour déterminer quelle serait la meilleure mise à mort de Volodia, quatre scénarios sont testés puis débattus par un panel de scientifiques: dans un labyrinthe souterrain; dans une étrange tour d’ivoire; dans un aquarium géant sous les yeux de l’assemblée aux Nations unies; et avec le feu, bien sûr, purificateur et ancestral.

Nourri de récits médiévaux obscènes, de l’anticipation brutale de Vladimir Sorokine et de l’ostalgie caustique d’Antoine Volodine, ce roman rappelle que la mise à mort est un des contes possibles face à la réalité.

 

Extrait: Volodia, André Ourednik (PDF)

Quatre supplices pour un exutoire dans Bon pour la tête

«Né à Prague en 1978, dix ans après que les Russes ont brutalement mis fin aux aspirations démocratiques des Tchécoslovaques, l’invasion de l’Ukraine a fait monter en l’auteur une sourde colère. Les supplices de Volodia sont décrits avec un talent littéraire indéniable, avec une certaine poésie parfois, précisément, effroyablement, humoristiquement. André Ourednik en profite pour moquer d’autres chefs d’État, notamment Joe Biden, car il n’est pas manichéen. À celles et ceux qui trouveraient ce livre de mauvais goût, il propose cette citation d’Emil Cioran: "Si, par le caprice d’une puissance maléfique, nous perdions l’usage de la parole, plus personne ne serait en sécurité. Le besoin de meurtre, inscrit dans notre sang, nous avons réussi à le faire passer dans nos pensées; cette acrobatie seule explique la possibilité, et la permanence, de la société."» –Patrick Morier-Genoud

Volodia, d’André Ourednik dans Viceversa Littérature

«Quelle instance autorise-t-elle les scientifiques à réaliser ces expériences? Est-ce rendre justice que d’infliger d’immenses souffrances à un dictateur criminel? Qui l’a condamné à être exécuté publiquement, selon un scénario spectaculaire élaboré scientifiquement puis sélectionné par votation populaire? L’intérêt du texte d’André Ourednik est d’inscrire ces questions dans le cadre de l’imaginaire. Le texte ne réalise ni les tortures ni les mises à mort de Volodia: il les fantasme et il les représente. Est-ce que cela nous soulage de nos sentiments d’horreur, d’impuissance et de désespoir face aux guerres et aux régimes sanguinaires? Peut-être que la visée du récit est moins cathartique que philosophique.» – Claudine Gaetzi

Volodia, d’André Ourednik dans Le Matricule des Anges, n°245

Saignant ou à point?

«Neruda, dans Résistance sur la terre, y vouait le général Franco. Dante – allez hop! – y faisait descendre la totalité de ses ennemis politiques. Aujourd’hui, c’est à Vladimir Poutine d’aller faire un tour en enfer et c’est au tchéco-suisse André Ourednik qu’il revient de l’y expédier à la bonne franquette.»  – Yann Fastier

Volodia, d’André Ourednik dans Vigousse

«Avec ce court récit d’anticipation, le Vaudois André Ourednik fait clairement référence à Vladimir Poutine et à tout le décorum gangstéro-masculiniste qui l’entoure. Il y a donc assurément un aspect jouissif à voir la bête mourir fictivement à quatre reprises dans des circonstances qui ridiculisent tout ce qu’elle représente, à commencer par le symbole patriarcal du chef absolu. Ce conte philosophique plein d’humour est une réussite.» – Stéphane Babey

Volodia d’André Ourednik dans QWERTZ, RTS

«Comment se débarrasser d'un tyran? En le livrant à une bête vorace, en l'écartelant, en le noyant, en le passant à la broche. Quatre scénarios de supplices vieux comme le monde, que l'univers dystopique et futuriste de ce bref roman habille de stratagèmes technologiques, développant des raffinements de cruauté dans une forme de mise en concurrence des imaginaires morbides. Un récit cru et jubilatoire à la fois, abandonnant Volodia, autocrate d'une ex-fédération aux consonances russophones, au sort que méritent quelques figures très en vue de l'actualité récente.» – Nicolas Julliard

Faut-il assassiner Poutine? Telle est la question (littéraire) dans Le regard libre

«Habitué à mêler sciences (fiction) et problématiques contemporaines, André Ourednik présente un petit conte dégoûtant, mais méchamment cathartique. Volodia soulage face à l’impuissance. Un livre à mettre entre les mains de toute personne que l’on aura entendu dire "il faut zigouiller Poutine". À condition qu’elle soit capable de distance.» – Diana Alice Ramsauer

Les morts du dictateur dans La Liberté

«Un petit conte caustique, dense, excessif et nécessaire. Comme le sont les exutoires.» – Thierry Raboud

Couverture HD: Volodia, André Ourednik
Télécharger (PNG - 7.33 MB)

Fiche de presse: Volodia, d'André Ourednik
Télécharger (PDF - 1.76 MB)

Photo portrait: André Ourednik, ©Yves Leresche
Télécharger (JPG - 4.91 MB)

Titre Volodia
Auteur André Ourednik
Date de parution 23/02/2023
Format 12 x 18 cm
Nombre de pages 80
ISBN 9782889601127
André Ourednik

Né à Prague en 1978, André Ourednik est chercheur et écrivain. Formé en géographie, en philosophie et en méthodes mathématiques pour les sciences humaines, il est l’auteur d’une thèse de doctorat sur la modélisation numérique de l’espace habité, ainsi que de nombreux articles de revues spécialisées. Il a été data scientist auprès de la Confédération suisse.

Fiche auteur

Connexion

Mot de passe perdu ?

Créer un compte