André Ourednik

Né à Prague en 1978, André Ourednik est chercheur, écrivain et chargé de cours à l’EPFL et à l’Université de Neuchâtel. Formé en géographie, en philosophie et en méthodes mathématiques pour les sciences humaines, il est l'auteur d’une thèse de doctorat sur la modélisation numérique de l’espace habité, ainsi que de nombreux articles de revues spécialisées. Il est aujourd’hui enseignant en représentation visuelle du territoire à l’Université de Neuchâtel, en sciences humaines à l’EPFL - où il réfléchit notamment au concept de nature - et data scientist pour la Confédération helvétique.

Il est l’auteur d’essais, de poésie, de romans, de créations numériques et d’installations interactives dans l’espace urbain. Ses publications incluent l’hypertexte Wikitractatus (livre, Hélice Hélas, 2014, et création numérique), Omniscience, une satire métaphysique de la civilisation des données (roman, La Baconnière, 2017), les essais Hypertopie (La Baconnière, 2019) et Robopoïèses. Les intelligences artificielles de la nature (La Baconnière, 2021), et le court roman Volodia (La Baconnière, 2023). Il a également traduit et adapté du tchèque le poème Thanathea d’Ivan Diviš publié à La Baconnière en 2016.

Lire la suite

André Ourednik a présenté les recherches qu'il développe dans Hypertopie lors d'une conférence au Globe de la science et de l'innovation du CERN (Genève) le 22 septembre 2022. Vous pouvez retrouver sa conférence complète ici:

 

Extraits de presse

André Ourednik à la Fureur de Lire dans Le Courrier

«Son idée centrale? Cent mille ans avant ChatGPT, le langage est la première intelligence artificielle de l’humanité: une création collective qui devient autonome – elle se développe, s’autogénère – et qui a permis aux humains d’organiser le chaos et de se rassurer en mettant la ­nature à distance. André Ourednik retrace l’évolution de la science et de la pensée à la lumière de cette intuition, montrant comment, des tablettes d’argile d’Ur au premier code informatique, tout est question de langage et d’autonomisation croissante des processus, jusqu’aux algorithmes générateurs actuels. Pour accompagner ses mots, son complice Daniel Maszkowicz, ingénieur, chercheur en électronique de puissance et artiste multidisciplinaire, a imaginé un paysage sonore immersif et spatialisé.» – Anne Pitteloud

Quatre supplices pour un exutoire dans Bon pour la tête

«Né à Prague en 1978, dix ans après que les Russes ont brutalement mis fin aux aspirations démocratiques des Tchécoslovaques, l’invasion de l’Ukraine a fait monter en l’auteur une sourde colère. Les supplices de Volodia sont décrits avec un talent littéraire indéniable, avec une certaine poésie parfois, précisément, effroyablement, humoristiquement. André Ourednik en profite pour moquer d’autres chefs d’État, notamment Joe Biden, car il n’est pas manichéen. À celles et ceux qui trouveraient ce livre de mauvais goût, il propose cette citation d’Emil Cioran: "Si, par le caprice d’une puissance maléfique, nous perdions l’usage de la parole, plus personne ne serait en sécurité. Le besoin de meurtre, inscrit dans notre sang, nous avons réussi à le faire passer dans nos pensées; cette acrobatie seule explique la possibilité, et la permanence, de la société."» –Patrick Morier-Genoud

Volodia, d’André Ourednik dans Viceversa Littérature

«Quelle instance autorise-t-elle les scientifiques à réaliser ces expériences? Est-ce rendre justice que d’infliger d’immenses souffrances à un dictateur criminel? Qui l’a condamné à être exécuté publiquement, selon un scénario spectaculaire élaboré scientifiquement puis sélectionné par votation populaire? L’intérêt du texte d’André Ourednik est d’inscrire ces questions dans le cadre de l’imaginaire. Le texte ne réalise ni les tortures ni les mises à mort de Volodia: il les fantasme et il les représente. Est-ce que cela nous soulage de nos sentiments d’horreur, d’impuissance et de désespoir face aux guerres et aux régimes sanguinaires? Peut-être que la visée du récit est moins cathartique que philosophique.» – Claudine Gaetzi

Volodia, d’André Ourednik dans Le Matricule des Anges, n°245

Saignant ou à point?

«Neruda, dans Résistance sur la terre, y vouait le général Franco. Dante – allez hop! – y faisait descendre la totalité de ses ennemis politiques. Aujourd’hui, c’est à Vladimir Poutine d’aller faire un tour en enfer et c’est au tchéco-suisse André Ourednik qu’il revient de l’y expédier à la bonne franquette.»  – Yann Fastier

Volodia, d’André Ourednik dans Vigousse

«Avec ce court récit d’anticipation, le Vaudois André Ourednik fait clairement référence à Vladimir Poutine et à tout le décorum gangstéro-masculiniste qui l’entoure. Il y a donc assurément un aspect jouissif à voir la bête mourir fictivement à quatre reprises dans des circonstances qui ridiculisent tout ce qu’elle représente, à commencer par le symbole patriarcal du chef absolu. Ce conte philosophique plein d’humour est une réussite.» – Stéphane Babey

Volodia d’André Ourednik dans QWERTZ, RTS

«Comment se débarrasser d'un tyran? En le livrant à une bête vorace, en l'écartelant, en le noyant, en le passant à la broche. Quatre scénarios de supplices vieux comme le monde, que l'univers dystopique et futuriste de ce bref roman habille de stratagèmes technologiques, développant des raffinements de cruauté dans une forme de mise en concurrence des imaginaires morbides. Un récit cru et jubilatoire à la fois, abandonnant Volodia, autocrate d'une ex-fédération aux consonances russophones, au sort que méritent quelques figures très en vue de l'actualité récente.» – Nicolas Julliard

Faut-il assassiner Poutine? Telle est la question (littéraire) dans Le regard libre

«Habitué à mêler sciences (fiction) et problématiques contemporaines, André Ourednik présente un petit conte dégoûtant, mais méchamment cathartique. Volodia soulage face à l’impuissance. Un livre à mettre entre les mains de toute personne que l’on aura entendu dire "il faut zigouiller Poutine". À condition qu’elle soit capable de distance.» – Diana Alice Ramsauer

Les morts du dictateur dans La Liberté

«Un petit conte caustique, dense, excessif et nécessaire. Comme le sont les exutoires.» – Thierry Raboud

Actualités et événements

Salon des Petits Éditeurs

Samedi 11 novembre, de 9h à 18h

Nous aurons le plaisir de vous retrouver comme chaque année au Salon des Petits Éditeurs
avec les auteurs André Ourednik et Maxime Maillard.

Salle communale Jean-Jacques Gautier
Rte du Vallon 1
& Espace Nouveau Vallon
Rte du Vallon 8

www.petitsediteurs.ch

Le Livre sur les quais

Du 1er au 3 septembre, le Livre sur les quais revient à Morges pour une quatorzième édition!
Retrouvez Isabelle Cornaz et André Ourednik en discussions et dédicaces. 

Programme complet à retrouver sur le site: https://www.lelivresurlesquais.ch 

 

Connexion

Mot de passe perdu ?

Créer un compte