Inachevée, vivante

Pierrine Poget

Par affection et par loi, par habitude, mon foyer me retient, parfois comme un lierre, parfois aussi avec de la douceur, jusqu’à ce qu’un soir, roulant fenêtres ouvertes dans le printemps, seule, je sente se coucher sur moi, dans le reflet de tous les arbres, le désir de te connaître sans réserve. Je m’arrête, je sors de voiture. Inachevée, vivante, déchirée de t’aimer, je franchis cette ligne.

CHF 18 / € 16

Ajouter au panier

Inachevée dans son rapport à soi, mais vivante : Pierrine Poget peint les bouleversements tragiques et merveilleux d’une vie.

La narratrice conte à la suite le corps abusé, soumis à la violence, et la reconstruction, dans les souvenirs lumineux de l’enfance ou dans l’abandon au «mystère plus grand que soi» de la maternité. De la douceur de ce monde clos naît la torpeur, rompue par l’amour neuf. Comme elle lutte pour construire un chemin vers elle-même, ce sont les œuvres de Jean-Baptiste Camille Corot, Édouard Vuillard, Berthe Morisot et Heidi Bucher qui dessillent tour à tour son regard sur ces périodes charnières. Alors, elle ose bousculer les équilibres patiemment cristallisés, devenir tout à la fois femme, mère et écrivaine.

Pierrine Poget puise dans sa vulnérabilité la force vitale de ce récit servi par une langue sublime.

Coup de ♥ des libraires:

Tiphaine Marc chez Payot Genève:

«Pierrine Poget se glisse derrière la tapisserie de ses jours, dénouant les fils de ces bascules discrètes, effondrements féconds, qui font pencher le corps vers l’une ou l’autre de ces berges où être, advenir, se surprendre, entre le dehors et le dedans. Ce ressac éternel, terrible - splendeur aussi - ses mots ne cherchent pas à le traduire, mais bien à le percevoir dans toutes les strates que la lumière habite ou délaisse, dans la "confusion des pouvoirs et de la puissance" exprimée par Deleuze comme dans les poings serrés de l’enfant imitant la colère. Les tableaux de Berthe Morisot, la maison de Briance, l’eau, les pierres, "la tristesse, le pouvoir, la dette", l’enfance encore à naître, les désirs et tout ce qu’ils étreignent sont la somme de murmures dont le récit accouche, intimité par effraction, sans mettre à nu, seulement au monde.»

Aurélie Garreau, Le Monte en l'Air à Paris:

«C’est une poète qui passe à la prose et c'est très, très beau, avec ce titre et cette splendide couverture. Un texte sur le combat mené par une femme pour se réapproprier sa vie.»

Rencontre avec les autrices Carla Demierre et Pierrine Poget

au café-librairie Les Recyclables

Mercredi 8 mai de 17h30 à 19h30

Table ronde à 18h30 (durée 40 min.) Modération: Alice Bottarelli

Naître à soi-même dans En attendant Nadeau

«Sa langue poétique s’incarne dans ce récit et nous entraîne aux confins d’une intimité bafouée, en suivant le point de vue d’une femme puissante qui ne craint pas de plonger en elle et d’observer chaque mouvement intérieur. Exploration infinie de ce qui s’y est déroulé, autrefois, presque à son insu, le livre raconte la manière dont progressivement elle accède de nouveau à la vie. Elle témoigne d’une exigence admirable, tant dans sa persévérance à examiner chaque faille et à chercher des explications que dans la langue qu’elle choisit pour évoquer ce voyage.» – Gabrielle Napoli

Inachevée, vivante dans L'or des livres

«l’auteure, grâce à une langue poétique délicate, précise et suggestive, réussit à y traduire avec force et légèreté la complexité des instants vécus, œuvrant toujours à une réconciliation avec soi et avec le monde en retrouvant la joie du vivant. La question qui est "au fondement de ces pages" est en effet "celle de la joie et du pouvoir qui l'éteint", celle aussi des retrouvailles avec soi-même.» – Emmanuelle Caminade

Inachevée, vivante dans Le Matricule des Anges

«C’est une lente et lumineuse éclosion que cette confession, une émancipation du souvenir de la violence subie, le refus d’une vulnérabilité qui entrave.» – Anthony Dufraisse

Pierrine Poget, la poétesse lumineuse dans Le Matin Dimanche

«Un livre précieux.» –Isabelle Falconnier

Pierrine Poget, peindre avec les mots dans Le Courrier

«le récit puissant, poétique et visuel d’une traversée existentielle et réflexive.» – Jacques Poget

Inachevée, vivante dans La viduité

«Tout de fugacité, de notations qui saisissent les échos de l’instant, ce livre qui tient de l’essai et du carnet, du témoignage et de la réflexion sur la féminité, ce très joli livre de Pierrine Poget exerce une vraie séduction par sa spéculative traversée des illuminations.»

Portrait d’une femme intranquille dans Le Temps

«Sans faux-semblants, avec une langue d’une grande beauté, la Genevoise Pierrine Poget retrace la vie d’une femme, entre bouleversements et épiphanies.» – Julien Burri

Le tendre effondrement dans La Liberté

«Inachevée, vivante est une constellation sensible, un recueil comme une tentative de relier les fragments d’une subjectivité en recomposition. Et c’est aussi la confirmation que Pierrine Poget est l’une des poétesses majeures de sa génération (...) C’est une langue qui, tendrement, somptueusement souvent, révèle autant qu’elle dissimule. Oui, s’écrivant, Pierrine Poget s’élucide, mais toujours fait du poème sa pudeur.» – Thierry Raboud

Inachevée, vivante dans L’élégance des livres

«Fascinant, ardent, un livre salutaire.» – Evlyne Leraut

Inachevée, vivante dans QWERTZ, RTS

«Une quête poétique en forme de vaste introspection. Magnifique.» – Nicolas Julliard

Inachevée, vivante: fiche de presse
Télécharger (PDF - 542.94k)

Inachevée, vivante: couverture HD
Télécharger (PNG - 3.78 MB)

Pierrine Poget ©Irina Popa
Télécharger (JPG - 9.11 MB)

Titre Inachevée, vivante
Auteur Pierrine Poget
Date de parution 02/02/2024
Format 14 x 21 cm
Nombre de pages 112
ISBN 9782889601318
Pierrine Poget

Pierrine Poget est née en 1982 à Genève. Elle a publié trois recueils de poésie dont Fondations aux éditions Empreintes qui a reçu le Prix de poésie C.F. Ramuz.

Portrait © Irina Popa

Fiche auteur

Connexion

Mot de passe perdu ?

Créer un compte