La lune bouge lentement mais elle traverse la ville

Corinne Desarzens


CHF 24.- (€20)

À quoi peut mener une langue? Une presque familière? Une belle rare? Mieux que n'importe quel passeport, les mots sont des clefs qui ouvrent bien davantage que des portes. Pas besoin de tout maîtriser, oh non. Vingt-sept réponses autobiographiques.

Du même auteur:
L'Italie c'est toujours bien (2018)

Née à Sète en 1952, d'abord journaliste, parfois traductrice (Honorée Mademoiselle, L'Aire, 2017), auteur de romans, nouvelles et récits de voyage, dont Un Roi (Grasset, 2011), Dévorer les pages (D'autre part, 2013), et L'Italie c'est toujours bien (La Baconnière, 2017). Corinne Desarzens est passionnée par l'art d'intercepter les conversations, d'apparaître et de disparaître.

Michel Audétat dans Le Matin Dimache, le 14 juin 2020:
«Un livre déposé comme une corbeille de fruits, d'odeurs, de saveurs, de rencontres, de souvenirs, de gais savoirs et d'échappées belles en poésie. Un livre qui lui ressemble. Un bonheur.»

Maxime Maillard signe un magnifique article dans Le Courrier, le 11 juin 2020:
«Rien d’académique dans la démarche de Corinne Desarzens, juste une histoire d’imagination, cette reine des facultés qui, selon Baudelaire excite toutes les autres. C’est un fait que l’écrivaine vaudoise née à Sète possède ce don comme peu au pays des lettres. On la rapprocherait volontiers d’une Colette ou d’un Léon-Paul Fargue, ces artisans de la métaphore, ciseleurs de motifs capables de faire lever en une «phrase bien foutue» un univers de sensations.»

La Couleur des jours publie les bonnes feuilles de l'ouvrage dans son numéro de juin.

Titre La lune bouge lentement mais elle traverse la ville
Auteur Corinne Desarzens
Date de parution 19/06/2020
Collection Nouveautés
Nombre de pages 344
ISBN 978-2-889600-20-5