Journal 1944-1945

Anita Pittoni

Journal de la triestine Anita Pittoni à la fin de la deuxième guerre mondiale


CHF 26.- (€20)

Anita Pittoni est une personnalité fascinante du monde artistique et littéraire triestin du XXe siècle. Tenu entre le 18 octobre 1944 et le 5 août 1945, ce Journal a pour toile de fond la fin de la guerre à Trieste et l’occupation yougoslave, les bombardements et les retraits précipités dans les abris. Mais son objet est tout autre, il est tendu vers la création, la liberté d’être et d’écrire. Explorant l’intime à l’instar du Journal de Katherine Mansfield qui l’a beaucoup inspirée, il tient tout entier dans l’examen de la persévérance d’une vie intérieure riche et de la disponibilité de temps et d’esprit pour réfléchir. Sa liberté de jugement étonne et son don pour l’introspection séduit.

Ce Journal explore aussi son rapport à la sensualité, au corps, aux lignées de femmes de sa famille et surtout expose ses sentiments amoureux pleins de craintes et de fulgurances.

On y croise l’entourage d’Anita Pittoni, les intellectuels de Trieste, son compagnon Giani Stuparich, le poète Umberto Saba qu’elle publie... Si elle s’attarde longuement sur les relations humaines et les angoisses qu’elles génèrent, elle décrit aussi minutieusement le réseau de créateurs essentiel dans ces heures dures et sur lequel elle s’appuie pour avancer.

Le Journal est suivi de trois courts textes sur sa création textile: «Discours sur la couleur»«Le sens de la matière» et «Travail manuel et sensibilité moderne».

Préface de Simone Volpato et postface de Cristina Benussi

Anita Pittoni (Trieste, 1901-1982) fut une créatrice de mode audacieuse et reconnue dans les années précédant la Seconde Guerre mondiale, sa trajectoire s’oriente dès 1950 vers la littérature quand elle publie son premier recueil de proses poétiques, Les Saisons.

 

Parallèlement, elle se lance en 1949 dans l’aventure de Lo Zibaldone, une élégante maison d’édition dont le programme est déjà un manifeste :

« J’ai imaginé et fondé Lo Zibaldone armée du courage des pauvres : je voulais offrir un voyage idéal à travers le temps et à travers les sujets les plus variés sur les ailes de la poésie et de la pensée pour faire connaître sur le vif l’histoire de cette porte orientale de l’Italie ouverte sur l’Europe. »

 

Amie des intellectuels triestins parmi lesquels Roberto Bazlen, l’un des fondateurs de la maison d’édition Adelphi, elle a publié entre autres Italo Svevo, Umberto Saba, Giani Stuparich et Benedetto Croce.

Titre Journal 1944-1945
Auteur Anita Pittoni
Traducteur Marie Périer et Valérie Barranger
Collection Nouveautés