Intelligence à louer

Henri Roorda

Chroniques inédites d'Henri Roorda

Choix et avant-propos de Jonathan Wenger


CHF 24.- (€20)

Jonathan Wenger nous parle du livre:

Henri Roorda (1870-1925) est sans doute le meilleur humoriste qu’ait connu la Suisse romande ainsi que son meilleur moraliste.

Malgré une vénérable tradition en la matière, un moraliste n’est pas forcément ennuyeux. La méchanceté s’explique, la bonté se nuance... Ou – car tout comprendre n’est pas tout pardonner du premier coup – selon l’aveu d’ignorance brusque de Joseph de Maistre que Roorda aime citer: «J’ignore ce que peut être un scélérat, mais le coeur d’un honnête homme, c’est affreux.»

En marge de son activité d’enseignant et des nombreux textes qu’il consacra à la question pédagogique, il a publié pendant une dizaine d’années plus de 650 chroniques caustico-édifiantes dans les principaux journaux romands. Parmi celles qui n’ont toujours pas été réimprimées jusqu’ici, cette édition en propose une centaine, donnant autant de points de vue sur l’actualité d’alors que sur l’humanité éternelle (entendez: celle qui s’améliore si lentement qu’elle n’a pas changé depuis qu’on est en âge de l’observer). Il y traite, pêle-mêle, de l’idiotie de 1914-1918 et de l’hypocrisie des moralisateurs durant et après le conflit ; des savants que leur spécialité rend myopes au quotidien ; de la langue de bois politicarde ou marchande et des vanités allant avec ; des raidissements des sentiments d’appartenances, allant des micro-nationalismes au théories mégalo-complotistes ; et bien d’autres de nos travers.

Né le 30 novembre 1870 à Bruxelles, Henri Roorda van Eysinga voit le jour au sein d’une famille ouverte aux idées révolutionnaires et anticolonialistes. En 1872, la famille Roorda déménage dans le canton de Vaud, où le jeune Henri fréquentera le géographe anarchiste Élisée Reclus. En 1892, il obtient sa license en mathématiques à l’Université de Lausanne et débute une carrière d’enseignant dans un collège pour jeunes filles. Le nouvel instituteur s’interroge sur l’éducation inculquée aux élèves en constatant l’échec de l’enseignement traditionnel, il s’applique à créer de nouvelles méthodes pédagogiques libertaires, notamment inspirées par l’Émile de Jean-Jacques Rousseau. Le 7 novembre 1925, Henri Roorda met fin à ses jours. À titre posthume sera publié son dernier texte, Mon suicide (Allia, 2017).

L'avis d'Anne-Lise Delacrétaz dans son billet « Henri Roorda continue de nous être proche », Viceversa Littérature, 12.07.2021:

« Quel que soit le sujet, Roorda jongle avec le premier et le second degré – ce que ne manquent pas de lui reprocher certains lecteurs, irrités par l’ambiguïté de sa posture : "L’autre jour, un lâche anonyme m’a envoyé l’expression de son mépris pour cette raison, dit-il, que je ris de tout “à une époque où les gens charitables ont tant de raisons pour pleurer”", se plaint-il dans la Gazette de Lausanne du 6 janvier 1921. Avec un humour teinté de bienveillance, de bon sens et de provocation, il se désole du fonctionnement de la société et constate l’imperfectibilité du genre humain – dont il ne se désolidarise pas pour autant. »

 

 

 

 

 

 

Titre Intelligence à louer
Auteur Henri Roorda
Date de parution 21/05/2021
Collection Nouveautés
Format 14 x 21 cm
Nombre de pages 272
ISBN 9782889600472