Avant de s'en aller

Saul Bellow, une conversation avec Norman Manea

Traduit de l'anglais et du roumain par Marie-France Courriol et Florica Courriol

Le dernier grand entretien de Saul Bellow


CHF 17.- (€11)

 

Enregistré à Boston en décembre 1999, cet entretien de Saul Bellow et Norman Manea traverse le XXe siècle. Les deux écrivains évoquent la vie et le travail de Bellow, de l'exil de ses parents Juifs de Russie, forcés de fuir le régime tsariste et d’émigrer au Canada, à sa vie américaine à Chicago. Il s’y dessine les tensions fécondes de son enfance entre la nostalgie et la tradition juive des parents, l’éveil à l’altérité et la volonté inébranlable de son grand frère de devenir américain, la guerre des langues et l’importance de la possession de chacune.

C’est aussi une discussion sur le grand roman contemporain, sur la littérature juive américaine que Saul Bellow a contribué à forger, sur ses rapports avec les autres écrivains, Isaac Singer et Philip Roth en tête.

 

Saul Bellow (1915–2005) est un écrivain américain d’origine russe. Fils d’émigrés juifs, il a écrit une vingtaine de romans qui ont bouleversé la littérature américaine dont le fameux Herzog. Il a reçu le prix Nobel de littérature en 1976. 

Norman Manea (1936) est un écrivain roumain vivant aux États-Unis. Il publie ses premiers textes en Roumanie mais, classé dissident en 1986, il émigre à New York. Ses écrits portent surtout sur la Shoah, la vie quotidienne dans un état communiste et l’exil.

La revue des deux monde, novembre 2021:
«Ces  entretiens ont d'une certaine façon valeur de testament littéraire: l'écriture étant, selon l'expression de Franz Kafka citée pour l'occasion par Norman Manea, la Grande Réponse au monde» – Mikaël Gómez Guthart

Le coup de ♥ de Paul, à la librairie Le silence de la mer:
«Pour Norman Manea, Saul Bellow est un "maître contemporain". Discuter avec cet écrivain américain d’origine russe dont le style était l'opposé de celui d'Hemingway, c’est se plonger dans l’américanisation des immigrés judéo-russes tout autant que dans leur éducation. C’est aussi entendre parler de Tolstoï, Conrad, Rilke ou Ionesco. C’est avant tout regarder l’œuvre de Bellow par le biais de ses personnages & se demander alors: "lequel des deux est le plus naïf, l’intellectuel ou l’artiste ?". C’est enfin admirer le temps nécessaire pour comprendre "que l'on essaie de vivre avec des préférences ou des résolutions secrètes" dont "on ne se débarrassera jamais".» 

Le Monde des livres:
«C’est une joute brillante. Une rencontre au sommet entre deux grands écrivains. D’un côté Saul Bellow (1915-2005), le père d’Herzog (1964) et des Aventures d’Augie March (1953), lauréat du prix Nobel en 1976. De l’autre Norman Manea, l’auteur du Retour du hooligan (2006) et de La Cinquième Impossibilité (2013), abondamment primé, et régulièrement présenté comme "nobélisable".»

La viduité:
"Un romancier est souvent au carrefour de discours structurants dont il s’amuse, se distancie, peine à se déprendre souvent aussi comme pour inventer ce qui revient. Avant de s’en aller offre à ce titre un portrait du XXe siècle. Exil et plurilinguisme: les langues perdues façonnent durablement celle que l’on se croit pour soi. Les parents de Bellow émigre au Canada en 1915. Un quartier juif, on y parle plusieurs langues, on se débrouille."

Zoom France-Roumanie:
"On ouvre Avant de s’en aller et on y reste. Poussé à une habile anamnèse, Saul Bellow – qui n’envisageait point d’écrire ses mémoires – se livre devant un ami-écrivain, semblable à plus d’un titre.Une amitié à l’œuvre, donc, que la longue conversation de six heures, dont la transcription est devenue ce précieux petit bouquin, déploie à la faveur d’une disponibilité dialogale exceptionnelle, créatrice de liens profonds et de réflexions inédites. Car, Saul Bellow ne se confesse pas à Norman Manea, il s’autoréfléchit avec Norman Manea."

Bruno Corty dans le Figaro:
"La conversation est celle de vieux amis. Elle porte sur les racines, l'enfance, l'éducation, le changement de pays, de langue."
Titre Avant de s'en aller
Auteur Saul Bellow, une conversation avec Norman Manea
Traducteur Marie-France Courriol et Florica Courriol
Date de parution 28/10/2021
Collection Nouveautés
Format 11x18 cm
Nombre de pages 160
ISBN 9782889600595