Sindbad ou la nostalgie

Gyula Krúdy

Traduit du hongrois par Juliette Clancier, Ibolya Virág et François Gachot

Nouvelles racontant les aventures de Sindbad, marin merveilleux et séducteur hors pair, parti à la recherche de ses anciennes connaissances féminines


CHF 24.- (€18)

Gyula Krúdy a trente-trois ans lorsqu’il entreprend de conter les aventures d'un alter ego nommé Sindbad, marin merveilleux et séducteur hors pair parti à la recherche de ses anciennes connaissances féminines.
Ce Sindbad hongrois rêveur, sensuel, cynique, tendre et cruel, déambule à travers les ruelles de Buda et les quartiers animés de Pest, parcourt la province hongroise en calèche ou en train et rencontre ses amies partout où il va : sur les rives du Danube, sous une fenêtre dans un bourg de Haute-Hongrie, près d'une église ou dans un cimetière où Eros et Thanatos sont au rendez-vous.
De son propre aveu, Sindbad ne vit et n’a vécu que pour les femmes et dans chaque relation évoquée, comme dans un rêve, il scrute la réalité de l'amour.
Extase lyrique, humour, ironie et malice, un mélange unique de sensibilité, d’amertume désenchantée et de grande lucidité caractérisent ces nouvelles soutenues par une écriture imagée et musicale qui, à travers un tourbillon de métaphores, racontent avec sensualité la Hongrie.

Sindbad ou la nostalgie est le livre le plus célèbre et toujours populaire de Gyula Krúdy (1878-1933) considéré comme l’un des plus grands écrivains novateurs de la littérature hongroise moderne.

Sándor Márai, dont N.N. a été le livre favori, avait noté dans son journal :
« Sur l'aloès, poussent des fleurs une fois tous les cents ans. L'œuvre de Krúdy est la fleur d'aloès, mystérieuse et magnifique, de la littérature hongroise.»

Enfant naturel d‘un avocat aisé issu de la petite noblesse et d’une servante, les parents de Gyula Krúdy (1878-1933) ne se marieront que dix-sept ans après la naissance de leur premier fils. Krúdy publie sa première nouvelle à l’âge de quinze ans. En 1896, quand il s'installe à Budapest, il a déjà une centaine de publications à son actif. Il connaît rapidement le succès populaire grâce à Sindbad et gagne l’estime des milieux littéraires qui le saluent pour ses innovations littéraires. Il écrit dans la plupart des grands journaux et des revues de son époque comme le célèbre Nyugat (Occident) dont il est l’un des principaux rédacteurs dans les années 1920.

Son apparence seule a suscité une foison de légendes : « Prince de la Nuit », joueur, coureur de jupons invétéré… Amateur de vin et fin gourmet, il aimait passer son temps dans les restaurants et les cafés, mais aussi dans les tavernes des quartiers populaires. Il a néanmoins écrit près de 90 romans, plus de 2500 nouvelles et plusieurs milliers d’articles de journaux. À l’encre mauve, seize pages chaque jour, qu’il ne corrigeait jamais. La situation politique trouble après la Première guerre mondiale et les conséquences du Traité de Trianon (1920) ont causé de graves problèmes existentiels à beaucoup de Hongrois. Krúdy a passé les dernières années de sa vie dans une pauvreté extrême, aggravée par des problèmes de santé, parce qu’il ne pouvait plus travailler suffisamment pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. Le prix Baumgarten (1930) et le prix Rothermere (1932), reçu grâce à Kosztolányi, alors Président du Pen club hongrois, l’ont un peu aidé, mais il était déjà trop endetté. Il s'est éteint seul dans sa maison du Vieux-Buda où l’électricité avait été coupée. Il avait 55 ans. Les journaux ont publié la nouvelle de sa mort sur leurs unes. À son enterrement où l'orchestre tzigane de sa ville natale a joué sa chanson préférée, une foule s’est rendue composée d’écrivains, d’éditeurs, de jockeys, d’anciennes maîtresses, de garçons de café, de filles de rue… La Hongrie officielle n’a pas souhaité de s'y faire représenter.

Recommandé à la Librairie Delamain, à Paris!
"À la croisée de Sterne et de Cervantès, ou de Jacques le fataliste... Sindbad, Dom Juan hongrois, cocasse et génial, fin séducteur, éternel amoureux et rêveur, se lit comme un voyage philosophique. Tour à tour drôle et surprenant! INSOLITE!"
– Le mot du libraire

Titre Sindbad ou la nostalgie
Auteur Gyula Krúdy
Traducteur Juliette Clancier, Ibolya Virág, François Gachot
Date de parution 22/10/2015
Collection Ibolya Virág
Format 14 x 21 cm
Nombre de pages 280
ISBN 978-2-94043139-7