Présentation

« Le rôle de l'éditeur dans notre pays ne peut être celui qui accepte une vie d'une certaine médiocrité économique en choisissant de publier des ouvrages qui lui font plaisir. L'éditeur doit participer au développement des gens, créer une sensibilité aux problèmes qui agitent le monde, être disponible au profit de la collectivité pour contribuer à élever son niveau intellectuel, lui ouvrir de nouveaux horizons. »   – Hermann Hauser

 

Fondée en 1927 par Hermann Hauser, la maison d’édition À la Baconnière porte le nom de la tour du château de Pierre de Boudry, aux abords du lac de Neuchâtel. Le premier livre paru donna l'envol de la maison : Mittelholzer consacré au grand aviateur suisse!

Très active dans le domaine littéraire suisse dans les années 1930 (au même titre que Skira dans l'édition d'art), la maison d’édition devint célèbre à la fin de la deuxième Guerre Mondiale. Pour créer un refuge de la pensée libre, la Baconnière développe en 1942, sous l’impulsion d’Albert Béguin, la collection «Les Cahiers du Rhône». Il y eut trois séries aux couleurs significatives: bleu, blanc, rouge. La première comprenait des ouvrages de réflexion, des jugements sur l'actualité; la blanche était ouverte à des œuvres diverses et la rouge réservée à la poésie. Cette collection réussit ainsi à soutenir, pendant la guerre, la lutte des écrivains français pour les valeurs de la France au cœur de l'Europe menacée en publiant par exemple des œuvres de Charles Péguy, Louis Aragon, Jean Cassou ou Paul Claudel, Paul Éluard. D'autres grands noms tels que Loys Masson, Pierre Jean Jouve, St-John Perse, Jean Cayrol ou Jules Supervielle publieront des poèmes ou des textes dans cette collection.

Elle devint rapidement une maison incontournable en Suisse, publia Denis de Rougemont, Gonzague de Reynold, des écrits de l’école de Genève, la correspondance et les écrits d’Ansermet. Une collection de poésie, «la Mandragore qui chante», naquit au début des années 1970 et publia entre autres des textes de Pierre Emmanuel. Une collection de philosophie dirigée par Pierre Thévenaz eut aussi ses heures de gloire en publiant notamment Jeanne Hersch, Vladimir Jankélévitch et Maine de Biran. 

Avec près de 1500 titres au catalogue (dont 250 en stock) qui traitent tous les domaines de l’histoire de la pensée, de la philosophie à la critique littéraire, musicale en passant par les Beaux-Arts, la Baconnière a incontestablement participé à l’élaboration de l’identité intellectuelle suisse au XXe siècle. Elle a ainsi publié les textes des célèbres Rencontres Internationales de Genève de 1946 à 1995.

À la mort d’Hermann Hauser, en 1980, sa fille Marie-Christine Hauser reprend les rennes de la maison d’édition, qui est rachetée en 1998 par les éditions Médecine et Hygiène qui la céderont à Laurence Gudin en décembre 2011.

La nouvelle Baconnière reste fidèle à cette défense de la qualité intellectuelle des essais et de la prose qu’elle publie. Centrée désormais davantage sur des essais atemporels, la Baconnière contemporaine maintient la diversité des champs de publication en y ajoutant la fiction traduite.

La collection «Langages» a repris vie en 2012 sous la direction du Professeur Daniel Sangsue de l’Université de Neuchâtel. Elle y accueille de grands noms (Jean-François Louette, Philippe Hamon, Philippe Dufour, etc.) qui signent des livres de critiques littéraires sortant du cadre des essais académiques didactiques.

Des essais sur l’Histoire et la musique populaire contemporaine sont également publiés dans le souci de documenter le passé plus ou moins récent avec les médiateurs de notre temps. Passée de Neuchâtel à Genève, la Baconnière poursuit les publications sur la culture locale, par des essais ou des catalogues d’exposition, notamment avec la Fondation Bodmer.

Dans le domaine de la fiction, la Baconnière publie des auteurs romands de visions du monde souvent très éloignées et issus de diverses générations.

Deux collections de littérature étrangère («80 mondes» et «Ibolya Virág») donnent à lire des textes qui ont jalonné le XXe siècle et nourri les intellectuels européens.

Les Éditions la Baconnière sont diffusées en Suisse par Servidis qui touche toutes les librairies littéraires, et en France et en Belgique par Les Belles Lettres diffusion-distribution qui présentent les nouveautés dans toutes les librairies de premier niveau. D’autre part, les livres sont disponibles sur le réseau Internet via toutes les librairies en ligne.