Drogues: représentations et réalités

Le Quai 9, une expérience genevoise

Ce livre propose, à travers des essais, des témoignages, l’exemple d’un lieu de consommation et une œuvre artistique, d’ouvrir sa vision à la connaissance et au rôle de la drogue dans notre société.

 

Mythologies d'un style: les Éditions de Minuit

Mathilde Bonazzi

Depuis le Nouveau Roman, les récits publiés aux Éditions de Minuit sont décrits comme des productions homogènes au style exigeant: Minuit serait une maison de haute littérature. Cet essai, qui emprunte ses outils d’analyse à l’ensemble des sciences humaines, veut contribuer à la démythification, voire à la démystification du style Minuit.

– Et malgré tout, tu travailles pour une radio politique. Avoir ne serait-ce qu’un idéal ou deux serait indiqué.
– C’est vraiment indispensable?
– Pour les collaborateurs permanents, c’est absolument nécessaire, et pour les pigistes réguliers c’est fort souhaitable.
– Bon, d’accord. En ce cas, écoute. Je pense que dans cinquante ans, notre monde ne fera plus qu’un. S’il est bon ou mauvais, ça, c’est une autre question. Nous aurons une économie commune. Les frontières politiques auront disparu. Tous les empires s’écrouleront, ils formeront un seul système économique...
– Tu sais quoi? Ce genre d’idéal, tu devrais le garder pour toi. C’est une vision un peu trop progressiste.

La Filiale, de Sergueï Dovlatov.

                                   ✳ ✳ ✳ 

Confession téméraire

Anita Pittoni

« La patrie, c’est la terre où l’on parle sa langue, puis c’est la région où l’on est, puis c’est la ville où l’on est né, puis c’est la maison où l’on vit, puis c’est la pièce où l’on travaille, qui est la plus grande de nos patries, que l’on transporte avec nous dans le monde entier, l’endroit où l’on élit sa patrie: la pièce la plus tranquille, où l’on travaille le mieux. » (Manifeste du Zibaldone)

La Filiale

Sergueï Dovlatov

« Tassia et moi, on passait nos soirées à nous distraire. Dans la journée, elle préparait ses examens. Mais de mon côté, je ne faisais rien, ce qui me prenait énormément de temps. Je restais des heures étendu sur mon lit. À analyser toutes les nuances du comportement de Tassia. Par exemple, je me demandais ce qu’elle voulait dire quand elle remarquait : "C’est comme si tu n’avais pas du tout de peau..." » 

Hypertopie

André Ourednik

« L'hypertopie est un monde de l'omniscience dans lequel l'être humain, s'il n'y prend garde, perdra ce qu'il a de plus cher: la possibilité de se réinventer sans cesse. »